5 livres pour débuter en photographie

J’avais très envie de rédiger cet article sur les livres qui m’ont aidé à débuter en photo. Je ne me sens pas forcément légitime à donner des conseils n’ayant qu’à peine une année de pratique, mais je pense que les conseils de débutants à d’autres débutants peuvent être pertinents, puisque j’ai expérimenté les difficultés à apprendre la photo il y a peu. Je ne connaissais pratiquement rien à la photo, à part la fameuse règle des tiers que j’utilisais pour les photos prises avec mon téléphone portable. Je partais donc de zéro.

Pour apprendre, je me suis plongée dans plusieurs livres qui m’ont énormément aidé à connaître les bases et à progresser au fil des mois. Je me suis aussi beaucoup exercée et c’est majoritairement grâce à l’application des conseils des livres que j’avais lus que j’ai réussi à mieux maîtriser mon appareil et à prendre les photos que j’avais en tête. Les livres que j’ai choisis ne concernent pas que la photo en elle-même, mais tout ce qu’il y a autour, le post-traitement, la création du blog, du compte Instagram, la photo en voyage… S’il faut le préciser, cette liste est totalement subjective.

1. « Petite encyclopédie de la photo numérique. Le guide débutant » De Chris Gatcum

Bien qu’il puisse paraître « simpliste » à certains, ce livre de Chris Gatcum a été ma bible. Chaque thème est expliqué de façon claire, accompagné des étapes à suivre illustrées ainsi que du résultat obtenu. Cela permet de facilement s’exercer en reproduisant les instructions avec son propre appareil. Il reprend les bases des bases de la photographie tout en abordant d’autres sujets plus techniques. En tant que totale débutante, j’ai trouvé ce guide vraiment accessible et utile pour apprendre.

2. « Apprendre Lightroom Classic CC » de Nicolas Croce

Dans le domaine du post-traitement, j’ai adoré ce livre de Nicolas Croce. Je bidouillais déjà seule sur Lightroom mes photos en apprenant sur le tas. Mais quand j’ai commencé à lire ce livre, ma connaissance du post traitement a clairement franchi un cap, tout comme ma façon de m’organiser qui est devenue tellement plus fluide et simple. C’est vraiment un livre que je recommanderais fortement pour apprendre à éditer une photo.

3. « Marketing web pour les photographes » de Rachel Nething

Le livre de Rachel Nething est assez différent des deux autres puisqu’il porte sur la définition de votre identité de photographe, la visibilité de votre travail, l’utilisation des réseaux sociaux, et pour ceux qui le souhaitent, la création d’une entreprise. Il a été particulièrement instructif pour moi sur plusieurs points, notamment pour apprendre à mettre en avant ses photos et à optimiser le référencement de son blog photo.

4. « J’apprends la photographie » de Nicolas Croce

Ce livre de Nicolas Croce est véritablement axé sur la pratique par le biais d’exercices à effectuer soi-même, dans un langage très accessible aux débutants, avec des variantes et des conseils « de pro ». Il aborde les techniques photo de base, l’apprivoisement de la lumière, la mise en valeur du sujet mais aussi le thème très intéressant de la créativité.

5. « Conseils photo pour les voyageurs » d’Aurélie Amiot

« Conseils photo pour les voyageurs » d’Aurélie Amiot est, comme son nom l’indique, un livre plus spécifique pour ceux qui aiment prendre des photos en voyage. Il aborde aussi bien le thème du matériel le plus adapté, que la maîtrise des techniques propre au voyage, en passant par les difficultés rencontrées lors de la prise de certaines photos (par exemple, photographier des enfants ou une cérémonie religieuse) mais aussi le post-traitement.

#Bonus. Des podcasts et des formations en ligne

  • Les formations en ligne d’Empara : avec un abonnement mensuel, vous avez accès à des centaines de formations en ligne vraiment très bien faites sur des sujets très divers, de quoi convenir à tous les types de photographes.
  • Les masterclass de Photo Serge
  • Le podcast « Podcast Photographe Pro 2.0 »
  • Tous les comptes photos d’Instagram qui permettent de trouver des inspirations !

Actualisation affiliation 09/01/2021 : une fois mon article fait, je me suis rendue compte que tous les livres que je recommandais étaient issus de la maison d’édition Eyrolles. J’ai donc fait une demande d’affiliation ce qui me permet d’obtenir quelques centimes ou euros sur les ventes faites via le lien que je propose, sans jamais augmenter le prix pour vous et sans modifier la procédure habituelle d’achat en ligne pour vous.

Où voir des koalas sauvages près de Melbourne ?

[English below]

Lorsque nous étions à Melbourne, j’avais très envie de voir un koala sauvage. On nous avait prévenu qu’il serait extrêmement dur d’en trouver dans la nature car il y en a très peu. Pire, on nous a affirmé qu’on ne pourrait jamais observer de koalas éveillés car ils peuvent dormir entre 20 et 22 h par jour.

Pourquoi est-il si rare de voir des koalas en liberté ?

Espèce en danger d’extinction, les koalas pourraient complètement disparaître d’ici 2050. Leur nombre chute de façon vertigineuse. Au nombre de 10 millions il y a 200 ans, ils sont moins de 80 000 aujourd’hui selon l’Australian Koala Foundation (AKF). Cette disparition annoncée est principalement causée par la destruction de leur habitat naturel, les forêts d’eucalyptus, elle-même engendrée par de multiples causes dont notamment l’agriculture et l’urbanisation. Quand ce n’est pas l’action directe de l’humain qui est en cause, c’est son action indirecte, le réchauffement climatique, qui rend les températures invivables pour les koalas, qui les prive d’hydratation ou qui favorise les feux de forêt…

Voilà pourquoi voir un koala en liberté est si unique. Prendre conscience de cette chance rend la rencontre d’autant plus exceptionnelle.

Un bon spot le long de la Great Ocean Road

Après s’être renseignés, on a décidé de se rendre à l’endroit où il était le plus probable d’en rencontrer aux alentours de Melbourne : le Koala Walk à Kennet River. Kennet River est une petite ville se situant le long de la Great Ocean Road. L’endroit est totalement accessible, un parking existe ainsi qu’un petit café. En marchant à peine une minute le long du chemin de terre qui se trouve sur la gauche lorsque vous êtes face au café, vous rencontrerez rapidement, comme nous, de nombreux perroquets et cacatoès sauvages, attirés par les graines des touristes.

Le spectacle des oiseaux multicolores nous entourant était déjà incroyable, mais la minute d’après nous apercevions en plus, juste au-dessus de nos têtes, un koala posé dans l’arbre, puis un deuxième dans l’arbre d’à côté. On est resté deux heures à les observer inlassablement. J’ai pu prendre pas mal de photos qui se trouvent à la fin de l’article. C’était magique.

A savoir avant de s’y rendre

Il faut quand même souligner le côté négatif de cet endroit : c’est évidemment touristique. Nous étions en compagnie d’une dizaine de touristes, dont nous faisions bien sûr partie, dérangeant potentiellement la quiétude des animaux sauvages, alors même que ce n’était pas une haute période de tourisme… C’est donc un spot à préserver et à respecter lors de votre visite.

Petit conseil obvious : allez-y hors période de vacances, hors week-ends et par vos propres moyens (pas par un tour operator) pour pleinement profiter du lieu, passer du temps à observer les koalas et préserver au maximum leur tranquillité et leur environnement.

Where to see wild koalas near Melbourne ?

When we were in Melbourne, we had only one idea : to spot a wild koala ! We were advised not to expect too much because there are not a lot of koalas left in the wild. We were also told that we wouldn’t see an awake one because they can sleep between 20 and 22 hours a day.

Why is it so rare to encounter wild koalas ?

As a species in danger of extinction, koalas could completely disappear by 2050. Their numbers are falling dramatically. Numbering 10 million 200 years ago, they are less than 80,000 today according to the Australian Koala Foundation (AKF). This announced disappearance is mainly caused by the destruction of their natural habitat, the eucalyptus forests, itself generated by multiple causes including agriculture and urbanization. When it is not the direct action of humans that is involved, it is its indirect action, global warming, which makes temperatures unlivable for koalas, which deprives them of hydration or which creates forest fire…

This is why seeing a koala in the wild is so unique. Realizing this chance makes the encounter even more exceptional.

A good spot around the Great Ocean Road

After inquiring about the best spots, we chose to go to the place where it was most likely to meet one : Kennet River’s Koala Walk. Kennet River is a small city along the Great Ocean Road. The place is very accessible, there is a parking and a small café. Walking during less than one minute along the road on the left when looking at the café, many wild parrots and cockatoos came near us, attracted by the seeds given by the tourists.

It was already an incredible show, but a few seconds later, we saw that a koala was just above us, resting on a branch of the tree. And then, a second one on the other tree. We stayed during two hours observing them tirelessly. I was able to take a lot of photos which are at the end of the article. It was magical.

Things to know before going

Nevertheless, i have to point the negative side of the place : it is obviously a touristic place. About ten people were with us, potentially disturbing the wild animals, although it was not a highly touristic period. Therefore, it is a place to preserve and to respect when visiting.

Little obvious tip : don’t go there during holidays or weekend, and go by your own means (not by tour operators) to fully enjoy the moment and preserve their peace and their environment as much as possible.